bilderberg

Le signe secret des sociétés secrètes: le cas du Groupe Bilderberg


Le signe secret est le nom de la nouvelle émission diffusée sur la chaîne de télévision canadienne Historia. L’émission, animée par Jici Lauzon, tente de percer les mystères des plus influentes sociétés dites secrètes comme celles des francs-maçons, de Shriber, de l’Opius Day, de la Rose-Croix,etc. Si elles ont marqué l’imaginaire collectif depuis plusieurs siècles, les signes de leur influence sont encore présents parmi nous; sans parler de leur forte implication dans les rouages d’un pouvoir insoupçonné: celui d’un groupe d’individus réunis par une conviction commune. Cette conviction qui, de première vue recouvre un caractère philanthropique, sert plus subtilement à faire basculer l’Ordre mondial et imposer, loin de l’oeil critique des médias et de leurs populations respectives, l’agenda géopolitique et géostratégique planétaire. Comme il est mentionné dans l’émission en question, plusieurs sociétés secrètes préconisent cette centralisation des pouvoirs au sein d’un groupe élitiste d’intellectuels. Mais aucune de ces sociétés n’a incarné cette utopie avec autant d’exactitude que le Groupe Bilderberg.

Dirigé actuellement par le grand parton du groupe mondial d’assurances AXA, et comptant pami ses invités Chris Hughes le co-fondateur de Facebook,  l’ancien président américain Bill Clinton, l’actuel Premier-Ministre du Canada, Stephen Harper, etc, le cas du Groupe Bilderberg – à qui on doit aussi la naissance de l’Union Européenne et la promotion des Forces de l’OTAN – pourrait, comme le soutient l’émission TV, être  un sujet fantastique pour un film d’intrigue internationale: un groupe d’hommes et de femmes très puissants qui constituent une espèce de gouvernement mondial et qui tire les ficelles de tous les pays. On apprend dans l’émission que la participation de certains hommes politiques à la rencontre semble souvent précéder leur nomination à la tête d’un parti ou leur candidature à des élections : Bill Clinton a participé à la rencontre en 1991, élu en 1993. Margaret Thatcher, présente à la rencontre de 1975 et élue en 1979. Stephen Harper, invité des Bilderberg en 2003 à Versailles et élu en 2006. Idem pour Pierre Elliot Trudeau, Paul Martin et Jean Chrétien…

Voici l’histoire fantastique d’un groupe qu’il faut aboslument craindre.

On peut lire le texte et voir un extrait de l’émission ici :

http://lesignesecret.historiatv.com/les-societes/bilderberg-20.html

Pour voir l’épisode de l’Ordre de la Rose-Croix (épisode complet)

http://www.historiatv.com/webtele/l-ordre-de-la-rose-croix-18362/

 

Sinon, voici le texte reproduit ici :

Première rencontre aux Pays-Bas

En mai 1954, une soixantaine d’hommes influents provenant du domaine de la politique, de la finance et de l’élite aristocratique européenne se réunit à l’Hôtel de Bilderberg à Oosterbeek en Hollande. Le Polonais Joseph Retinger, l’un des plus grands défenseurs de l’unification européenne, est souvent identifié comme étant l’un des principaux initiateurs de cette rencontre, qui survient dans le contexte de l’après-guerre où un fort sentiment anti-américain balaie l’Europe et où la menace communiste inquiète l’Occident. Retinger et ses comparses souhaitent faire la promotion de l’alliance de l’OTAN, et désirent une meilleure coopération entre les pays d’Europe et les Etats-Unis. Ils espèrent qu’un meilleur dialogue à travers l’Europe et avec les USA pourra prévenir de futures guerres. Lors de cette première réunion, des invités de marque comme l’ancien Premier Ministre de Belgique Paul Van Zeeland, le Prince Bernhard des Pays-Bas ainsi que le président d’Unilever, Paul Rijkens, sont présents.

Pas de traces écrites

Pendant trois jours, les invités discutent de l’intégration européenne et de l’attitude à adopter face au communisme et à l’Union soviétique. Aucune résolution officielle n’est adoptée et aucun compte-rendu n’est publié, mais les organisateurs estiment que la rencontre est un tel succès qu’ils décident de tenir une conférence similaire chaque année. Dès lors, le groupe se nomme Bilderberg en l’honneur de son premier lieu de rencontre.

Des membres richissimes

Le milliardaire américain David Rockefeller, dont le grand-père a fait fortune dans le pétrole, devient un membre important du groupe Bilderberg, et il tisse des liens avec d’autres puissants regroupements comme le Council on Foreign Relations et la Commission Trilatérale, qui inclut aussi les pays d’Asie. Depuis sa fondation en 1954, des milliers d’hommes influents (et quelques rares femmes de pouvoir) ont été invités à participer aux rencontres annuelles Bilderberg, qui ont toujours lieu dans les hôtels les plus luxueux de la planète.

Invités triés sur le volet

Dans les dernières années, des personnes très influentes ont participé aux rencontres. La rencontre de 2011 à St-Moritz, en Suisse, a par exemple réuni des individus comme Chris Hughes, co-fondateur de Facebook, Pascal Lamy, président de l’Organisation mondiale du commerce, John Micklewaith, éditeur de la revue The Economist, George Papaconstantinou, ministre des Finances de la Grèce, et Marcus Agius, president de la banque Barclays. En 2006, le groupe s’est réuni à l’hôtel Brookstreet de Kanata, une banlieue d’Ottawa.

Plusieurs observateurs ont remarqué que la participation de certains hommes politiques à la rencontre semble souvent précéder leur nomination à la tête d’un parti ou leur candidature à des élections. C’est le cas notamment de Bill Clinton, qui a participé à la rencontre en 1991 avant d’être élu en 1993, de Margaret Thatcher, présente à la rencontre de 1975 et élue en 1979, ou encore de Stephen Harper, invité des Bilderberg en 2003 à Versailles et élu en 2006. Les premiers ministres canadiens Pierre Elliot Trudeau, Paul Martin et Jean Chrétien ont participé à au moins une rencontre du groupe.

Huis clos

L’extrême discrétion – voire le secret- qui entoure les rencontres du groupe éveillent aussi depuis longtemps les soupçons de ceux qui craignent un complot mondial dirigé par l’élite financière et politique de l’Occident. D’abord, le lieu de la rencontre n’est jamais annoncé publiquement et la liste d’invités n’est rendue publique, a posteriori, que depuis quelques années. L’hôtel où se tient la rencontre est souvent dans lieu reculé, l’endroit est toujours réservé en entier pour les invités, et le personnel de l’hôtel a l’interdiction de parler aux médias. Dans les dernières années, le groupe Bilderberg a toutefois fait quelques efforts pour améliorer sa transparence, en créant notamment un site web où les thèmes de discussion et la liste des participants des rencontres passées sont publiés.

Qui choisit les membres?

La structure organisationnelle du groupe Bilderberg est relativement simple. Il existe un comité directeur, formé d’une trentaine d’individus, et ce comité élit un président pour un mandat d’un an. Le mécanisme qui détermine la composition du comité directeur n’est pas précisé dans les documents officiels du groupe. Avec l’aide du comité directeur, le président élabore le programme de la conférence annuelle et sélectionne les participants. Un Secrétaire exécutif travaille sous l’autorité du président. Le président actuel est Henri de Castries, PDG du groupe mondial d’assurances AXA. Chaque rencontre annuelle réunit une centaine d’invités. Cela dit, les seuls véritables membres de Bilderberg sont ceux qui siègent sur le comité directeur.  Les invités aux conférences ne sont pas considérés comme des membres.

Doit-on les craindre?

Sans verser dans des théories de complot farfelues, plusieurs observateurs soulèvent cependant des inquiétudes par rapport à l’influence directe ou indirecte du groupe Bilderberg dans les affaires des pays d’Europe et d’Amérique. Certains craignent que les individus les plus puissants de la planète, triés sur le volet par un petit comité de puissants, ainsi réunis en huis clos et sans comptes à rendre à la population de leurs pays respectifs, ne prennent des décisions ou ne subissent des pressions qui pourraient aller à l’encontre du bien commun.

Les quelques membres ou ex invités des conférences Bilderberg qui ont témoigné publiquement au sujet de leur participation soutiennent pour leur part que les conférences ne font que procurer un lieu sécuritaire où des leaders de différents milieux peuvent discuter et échanger des idées de manière libre et informelle, sans craindre que leurs propos soient rapportés dans les médias.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s