orientalisme

Les trois visages de l’orientalisme


À lire également : Le leadership du Prophète de l’Islam vu par l’Occident

L’idée de publier les lignes qui suivent est en réponse à ceci :

De la liberté, les gens du Proche-Orient ne savent rien;  de propriété, ils n’en ont pas; la force, c’est leur Dieu. Quand il y a de longues périodes sans voir de conquérants qui apportent la justice, ils sont des soldats sans chef, des citoyens sans législateurs et une famille sans père. Pour le libérer, l’Occident devrait conquérir l’Orient. Il s’agit des nations sans territoire, patrie, droits, loi et sécurité.

L’auteur de ces propos n’est ni un homme de la rue pour le taxer d’ignorant, ni un politicien de l’administration Bush pour l’accuser de propagandiste. L’auteur de ces propos est, retenez-vous bien, Chateaubriand, le célèbre homme de lettres français.

Dans son introduction du livre L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Edward Saïd défend l’idée selon laquelle l’Orient, tel qu’il est représenté dans l’imaginaire collectif occidental, est une fabrication de celui-ci.

Saïd nomme trois acceptions de l’orientalisme. Une acception scientifique (universitaire) : études dont le champ de recherche porte sur l’Orient. Histoire, géographie, sociologie, ethnologie…Dans les milieux universitaires américains on lui préfère Études orientales ou encore Area studies.

Une acception générale (imaginaire) : un style de pensée fondé sur la distinction ontologique et épistémologique entre l’Orient et l’Occident…est un style occidental de domination, de restructuration et d’autorité sur l’Orient.

defendingthewestorientalisme

Troisième acception du terme revêt un sens hégémonique : il s’agit d’une tendancieuse combinaison du duo Savoir/Pouvoir en vue de la Domination. Thèses de Gramsci sur le concept d’hégémonie : la culture comme sous-fondement de l’impérialisme.

Gramsci distingue entre société civile et société politique. La société civile : associations volontaires non coercitives : écoles, familles, syndicats. La société politique : institutions étatiques : armée, police, bureaucratie centrale dont le rôle en politique est la domination directe. La culture relève de la société civile où l’influence des idées se fait par consensus et non par la domination.

(P.23) Or, bien des exemples démontrent que la culture sert la politique (Napoléon a lu les textes orientalistes avant son invasion de l’Égypte) Chomsky a étudié la connexion instrumentale entre la guerre du Vietnam et le concept d’érudition objective tel qu’il a été utilisé pour couvrir des recherches militaires subventionnées par l’État.

En étudiant la question de l’orientalisme (telle qu’elle a été formulée en Europe, principalement en Grande Bretagne et en France dès la fin du 18ème siècle), l’auteur dresse le portrait des rapports entre l’orientalisme, la culture et l’impérialisme. Ainsi, la panoplie d’études approfondies sur l’Orient ont jeté les bases d’un rapport de force entre l’Orient et l’Occident; un rapport qui s’est rapidement soldé par l’assimilation de l’un et la domination de l’autre. De ce fait, les études orientalistes ont très tôt servi à la construction occidentale d’une idéologie dominatrice s’agissant de l’Orient. En essayant de définir la nature d’un tel rapport de force, Saïd postule que « l’Orient n’est pas un fait de nature inerte. C’est le reflet de l’Occident. » (P.17). En allant plus loin, il avance a fortiori que « la culture européenne s’est renforcée en se démarquant d’un Orient qu’elle prenait comme une forme d’elle-même inférieure et refoulée. » (P.16).

Roland Barthes, dans Mythologies parle de la représentation de l’Autre oriental en ces termes :

(P.165) « Face à l’étranger, l’Ordre ne connaît que deux conduites qui sont toutes deux de mutilation : ou le reconnaître comme guignol ou le désamorcer comme pur reflet de l’Occident. De toute façon, l’essentiel est de lui ôter son histoire. »

Quelques réserves

1- Il serait tort de conclure que l’Orient était essentiellement une idée, une construction de l’esprit ne correspondant à aucune réalité. Mais plutôt une véritable constellation d’idées qui est le phénomène essentiel s’agissant de l’Orient, et non pas sa pure et simple existence.(P.18)

2- La relation entre l’Orient et l’Occident est une relation de pouvoir et de domination. L’Orient n’a pas été orientalisé seulement (P.18) parce qu’on a découvert qu’il était oriental selon les stéréotype de l’occidental moyen du 19ème siècle, mais parce qu’il pouvait être rendu oriental. L’exemple de Flaubert avec la courtisane Kuchuk Hanem.

3- Il ne faut pas croire que la structure de l’orientalisme est une série de mensonges. Il s’agit d’un discours solide qui est le résultat d’un long et sérieux investissement(doctrines et pratiques) qui a duré plusieurs générations- depuis Ernest Renan(1840) jusqu’à nos jours. (19).

Dans l’imaginaire collectif occidental, il suffit d’évoquer le mot Orient pour y associer un univers teinté d’exotisme; c’est dire que depuis des siècles, l’Orient fascine, intrigue, dérange, inquiète et irrite.

L’orientalisme, selon Saïd est une partie intégrante de l’Europe.

(P.40) L’ère postmoderne caractérisée par la prolifération des médias électroniques (télévision, cinéma…) a favorisé le renforcement des stéréotypes liés à l’Orient. Ce qui a amené à la politisation de la perception de l’Arabe et de l’Islam. Trois facteurs ont contribué à cela :

a)      L’histoire des préjugés populaires anti-arabes et anti-islamiques en Occident, qui se reflète immédiatement dans l’histoire de l’orientalisme

b)      La lutte entre les Arabes et le sionisme israélien

c)       L’absence presque totale de la moindre attitude culturelle qui permette soit de s’identifier aux Arabes et à l’Islam, soit d’en discuter sans passion.

La perspective du livre de Saïd a ceci d’intéressant car elle prend le cas personnel de l’auteur afin d’exposer  clairement les fondements de la construction de l’Orient par l’Occident. Le plus intéressant est qu’au-delà de la perspective historique – somme toute essentielle pour comprendre les origines de la pensée orientaliste –, l’auteur nous aide à mieux comprendre les critiques qui sont adressées à l’orientalisme, à en saisir les postulats fondamentaux, quitte à déceler, à travers ces critiques, l’attitude significative concernant le rôle de l’orientalisme dans le processus d’hégémonie occidental.

La représentation de l’Orient est en crise. « A cause de l’orientalisme, l’Orient n’a jamais été » P.15 Saïd. Face à cet impossible dialogue entre Orient et Occident entériné par les thèses de Fukuyama sur la fin de l’histoire et de Huntington sur le choc des civilisations, certains penseurs des rapports Nord/Sud proposent une nouvelle approche. Mehdi El Mandjra qui plaide en faveur d’un urgent dialogue des cultures publie bien avant Huntington. Dans ses  Identités meurtrières, Amine Maalouf.  Cynthia Fleury dans son livre Dialoguer avec l’Orient propose de « façon critique et généreuse »  un retour à l’humanisme de la Renaissance afin d’inventer un nouveau dialogue entre Orient et Occident.

Mais quelle est l’alternative? Le livre ne propose pas une alternative. L’auteur décrit un état des lieux qui renvoie aux rapports entre orientalisme, culture et impérialisme.

3 réflexions sur “Les trois visages de l’orientalisme

  1. Dans son livre « L’itineraire de Paris a Jerusalem », vous allez trouver plusieurs stigmatisations de l’Orient et dans lequel l’auteur fait allusion a ce qu’il considere l’etat « sauvage » des peuples arabes. Pour avoir une idee plus detaillee sur de tels propos ainsi que des balivernes du genre, je vous invite a lire le livre que vous pouvez telecharger librement en ebook par ici :
    http://fr.m.feedbooks.com/userbook/8388/itin%C3%A9raire-de-paris-%C3%A0-j%C3%A9rusalem
    (lire a la page 200 et suivante par exple comment il compare les Arabes et les Canadiens des premieres nations)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s