George-Orwell-Quotes-Thinking-670x391

Les médias français face à la crise du monde arabe : question de déontologie


George-Orwell-Quotes-Thinking-670x391
George-Orwell-Quotes-Thinking-670×391

Dans son édition du mardi, 1er Février 2011, le magazine maghrébin d’information stratégique et géopolitique Maghreb Intelligence, publie en exclusivité un billet sur une affaire de déontologie qui implique le Journal français Le Monde et les services secrets algériens. Selon le magazine, l’affaire aurait éclaté le 23 janvier 2011 quand Tahar Benjalloun, écrivain franco-marocain publie un billet sur la révolution tunisienne intitulé Un printemps en hiver et dans lequel il salue le réveil de la population tunisienne en prévoyant l’effet de contagion sur les pays de la région susceptibles d’être le théâtre prochain d’une révolution imminente. Tahar Benajalloun cite, entre autres, le cas de l’Algérie. Les Algériens ne semblent pas gober l’allusion de l’auteur et ils s’activent pour trouver une « plume » qui ferait plutôt basculer la Révolution du côté marocain. Ce qui illustre un inquiétant manquement aux critères de base en matière de déontologie journalistique. Voici d’abord l’article de Tahar Benajlloun publié dans Le Monde et ensuite le billet intégral du Maghreb Intelligence qui en relate les faits et les effets.

Un printemps en hiver, Tahar Benjalloun

Article paru dans l’édition du 23.01.11 du Journal Le Monde

Quand une dictature se rouille de l’intérieur, il suffit d’une étincelle pour qu’elle s’effrite. On dit qu’un maillon faible a cédé, et de ce fait il est plus fort que toute la chaîne. Ainsi le régime d’un ancien flic et d’une ancienne coiffeuse est tombé sur le fil des évidences, un fil tenu par un peuple qui ne pouvait plus supporter les humiliations, le mépris, le vol et la misère. Un peuple qui, dès 1988, avait manifesté sa colère et avait été réprimé sauvagement.

Voir un chef d’Etat, gras et épais, cheveux teints et regard satisfait, fuir comme un voleur, mendier un lieu d’asile, essuyer quelques refus, apprendre que cet homme qui a semé la terreur chez un peuple bon et patient est dans la détresse d’un Bokassa ou d’un Duvalier, tout cela prouve qu’il ne méritait pas d’avoir été un chef d’Etat et que, tout au plus, il aurait pu poursuivre sa carrière de fonctionnaire médiocre dans une ambassade lointaine. Le Tribunal pénal international devrait se dépêcher de l’inculper et espérer l’arrêter et le juger. Sinon, c’est trop facile : on réprime, on torture, on vole puis on part en exil doré à Djedda.

A présent, ce que feront les Tunisiens de ce printemps en plein hiver est une affaire qui les regarde. Cependant l’exemple tunisien fascine et inquiète. Il suscite l’admiration et des interrogations. Des régimes arabes tremblent en silence ; des dirigeants se passent et se repassent le film des événements : « Et si ça arrivait chez moi ? » Des insomnies sont à prévoir et des comptes à l’étranger à bien fournir (ils viennent d’apprendre qu’il faut éviter les banques françaises).

Il est des sociétés dans le monde arabe où tous les ingrédients sont réunis pour que tout explose. Trois Etats entrent dans cette configuration.

La Libye d’abord, parce qu’on ne sait rien de ce qui s’y passe. Un homme, arrivé au pouvoir par un coup d’Etat (1969), cultive son culte de manière si grotesque qu’il échappe à toutes les prévisions. Le pays vit sous un linceul de silence et de résignation. Rien ne filtre. Pour la Tunisie, c’est un voisin dangereux et pervers. Il faudra s’en méfier. Quand le « raïs » se déplace à l’étranger, il impose à ses hôtes son folklore et son arrogance. Il a la maladie du pétrole. D’où, après l’illégitimité, l’impunité. Et certains Occidentaux se mettent presque à genoux dans l’espoir de lui faire signer de gros contrats. En vain.

L’Algérie. Un pays et un peuple magnifiques. Des potentialités exceptionnelles. Une jeunesse nombreuse et vive. Des richesses immenses en gaz et en pétrole. Mais un système militaire qui tient le pays depuis l’indépendance et qui ne lâche rien. Quand l’armée installe un civil à la présidence de la République, il est là pour exécuter ses ordres. Sinon, son élimination est possible, comme ce fut le cas de Mohamed Boudiaf, qui avait cru pouvoir gouverner selon ses propres principes et valeurs. Il fut assassiné le 29 juin 1992.

L’écrivain algérien Rachid Mimouni (1945-1995) avait publié un roman, La Malédiction (Stock, 1993). Il parlait de son pays. On peut hélas ! inclure une grande partie du monde arabe dans cette malédiction qui dure depuis si longtemps. Des régimes issus de coups d’Etat, des présidents qui se font « élire » à des scores frisant les 99 %, un mépris profond pour le citoyen, les richesses du pays accaparées par des individus qui tirent les ficelles dans l’ombre – ainsi la manne pétrolière et gazière de l’Algérie ne profite pas au peuple, qui reste pauvre et sans espoir de changement.

L’autre pays, c’est l’Egypte. Là, la pauvreté, la corruption et le culte de la personnalité ont fini par installer la rouille dans tous les rouages de l’Etat. Au moment où Mohamed Bouazizi s’immolait par le feu à Sidi Bouzid (cet acte sacrificiel ne fait pas partie des traditions du monde musulman, c’est dire combien le désespoir est immense !), la police égyptienne faisait du Kafka sans le savoir.

Il s’appelait Sayyid Bilal, il avait 31 ans, musulman pratiquant. Il vivait à Alexandrie tranquillement avec sa femme, qui était enceinte. Le mercredi 5 janvier, il reçut un coup de téléphone du ministère de l’intérieur : « Venez nous voir ce soir à 10 heures ; apportez une couverture avec vous, vous en aurez peut-être besoin. » A l’heure dite, il se présenta, ne sachant pas la raison de cette curieuse « invitation », mais, en bon citoyen, il ne posa pas trop de questions.

Vingt-quatre heures plus tard, le même agent de police appelle sa famille et leur dit : « Venez chercher le corps de Bilal : il est mort. » Stupeur. Le corps porte de nombreuses traces de torture. Les parents reconnaissent à peine leur fils, ils ont juste le temps de prendre des photos. La famille porte plainte. On lui ordonne de la retirer sous peine de se retrouver tous dans les locaux de cette police si délicate. En outre, ordre est donné pour que le corps soit enterré le jeudi soir et non le lendemain, jour de la grande prière. La presse relate cette affaire. La police veut que ce cas soit porté à la connaissance du plus grand nombre. Le message est clair : voici ce qui vous attend si vous choisissez le camp de l’opposition. Le fait d’avoir choisi un citoyen sans histoires est une façon vicieuse de marquer le message.

On dirait que Dieu a maudit ces pays, il les aurait abandonnés à des guignols bruts et cruels jusqu’au jour où le feu de la justice surgit de la rue, comme un printemps en plein hiver. Ce printemps sera complet le jour où le monde arabe sera débarrassé de ces momies aux cheveux gominés qui sèment la détresse et le malheur parmi leur peuple.
Tahar Ben Jelloun est membre de l’académie Goncourt depuis 2008. Il a reçu le prix Goncourt pour La Nuit sacrée (Points Seuil) en 1987. Derniers livres parus : Jean Genet, menteur sublime (Gallimard) et Beckett et Genet, un thé à Tanger (Gallimard).

Les connexions algéroises du quotidien français « Le Monde »

Billet paru dans le magazine Maghreb Intelligence dans son édition du 1er février 2011

« Cela leur est resté en travers de la gorge », explique un ancien ambassadeur français au Maghreb. Le « Cela » renvoie à la tribune intitulée « Un printemps en hiver » que l’écrivain franco-marocain- lauréat du prix Goncourt- Tahar Benjelloun a publié le 23 janvier

dans le quotidien « le Monde », et dans laquelle il rendait hommage à la révolution tunisienne qui promettait de se propager en Egypte, en Libye et en Algérie où de violents affrontements avaient eu lieu fin décembre 2010.
Ce billet – contribution normale, selon le diplomate, de la part d’un intellectuel engagé dans le débat public – avait fortement mécontenté certaines sphères du pouvoir algérien. L’ambassadeur algérien Missoum Sbih a ainsi multiplié les contacts, cherchant à riposter. D’après une source bien informée à Paris, depuis la chute du président Zine El Abidine Ben Ali, Alger multiplie les interventions et fait bouger ses réseaux afin que le royaume du Maroc soit plus souvent cité que la république algérienne dans les médias français quand il s’agit de faire des comparaisons avec la situation de la Tunisie et de l’Egypte. Les réseaux algériens ont pu ainsi distiller quelques informations dans France 24 ou encore RFI. Cela dit, il fallait gommer l’effet Tahar Benjelloun et marquer un grand coup à travers un quotidien « crédible ». Les « amis » de Missoum Sbih ont ainsi commencé par approcher le quotidien « Le Figaro » qui serait resté sourd à leurs doléances. Ils ont alors jeté leur dévolu sur « Le Monde », avec lequel certaines passerelles existent depuis les années 70, les algériens ayant toujours entretenu, selon le diplomate français, de solides relations au sein de la rédaction du quotidien du soir, depuis le temps où il était dirigé par Paul Balta, un proche du colonel Boumedienne. Il fallait alors trouver une « plume », ou plus simplement, un porte-plume. Les regards de l’ambassade se sont tout d’abord dirigés vers de gros calibres comme le professeur Lhouari Addi pour leur demander de rédiger un papier. Peine perdue, car le professeur de sciences politiques est connu pour ses positions à l’encontre du gouvernement algérien. Dans la précipitation, et sous la « pression amicale » de l’ambassade algérienne, « Le Monde » a ouvert ses pages à un certain Karim Boudjema, chirurgien renommé pour ses greffes du foie, mais dont l’impact intellectuel et politique reste circonscrit à la Bretagne, où il eu une expérience politique malheureuse sous la bannière de l’UMP, lorsqu’il tenta de succéder à Edmond Hervé en tant que maire de Rennes en 2008.Battu à plate couture, l’homme avait même démissionné de tous ses mandats électifs. Peu importe, il fallait parer au plus pressé, la fenêtre du Monde risquant de fermer à tout moment en raison de l’actualité égyptienne et peut-être algérienne. La Tribune signée par Karim Boudjema -qui a su garder de solides amitiés à Alger, et notamment au « club des pins » – est une charge frontale contre le Maroc, alors que, notent les observateurs, c’est précisément en Algérie que le risque d’embrasement est le plus à craindre. Une erreur déontologique qui s’ajoute à celle commise il y a deux mois par « Le Monde », refusant alors de publier les câbles de WikiLeaks sur la corruption du régime d’Omar Bongo et son financement présumé de la classe politique française…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s