ghazali_education_08

Les 3 niveaux de la communication verbale


Toute communication verbale (linguistique) est essentiellement basée sur trois (3) niveaux hiérarchiques. C’est ce qu’il est convenu d’appeler en pragmatique, les trois (3) fonctions du langage: 1- fonction linguistique; 2- fonction sémantique; 3- fonction pragmatique.

En termes simples, voici un exemple qui illustre l’une des situations de communication où les 3 niveaux de la communication verbale sont impliqués:

Taha, la chambre de ta sœur Fatima est plus propre.

Une telle phrase prononcée par une maman et adressée à son garçon, Taha, est tout à fait banale. On la retrouve dans presque toutes les situations de communication au sein d’une famille peu importe sa culture et son origine. Quelles sont donc les 3 niveaux de communication impliqués? En d’autres mots, quelles sont les 3 fonctions qu’assume une telle déclaration faite par une maman envers son fils?

  1. niveau linguistique: Taha, la chambre de ta sœur Fatima est plus propre a tout d’abord une fonction de base, élémentaire, toutefois essentielle à toute communication intelligible. Elle est prononcée en français, selon ce que nous connaissons des règles de base de la syntaxe et de la grammaire de cette langue. En d’autres termes, si la structure de la phrase subissait un chamboulement dans l’ordre des mots et de la syntaxe, elle perdrait toute sa signification élémentaire:  Chambre la Fatima est ta propre sœur, par exemple, serait une phrase totalement absurde – du moins pour le commun des mortels connaissant les bases rudimentaires de la langue française. Un poète surréaliste trouverait dans cette absurdité l’expression subtile d’une quelconque mysticité du langage; mais ici nous nous adressons au « commun des mortels », donc le poète et sa mysticité sont exclus d’office.

Peu importe la langue dans laquelle la phrase a été prononcée, du moment qu’elle respecte la structure élémentaire des règles de base de la syntaxe et de la grammaire, elle assume une fonction linguistique. Ceci est le 1er niveau de la communication verbale.

 

 2.  niveau sémantique:  Taha, un nom arabe commun, signifie qu’il s’agit d’un garçon. La fonction conative, c’est-à dire, celle qui consiste à interpeller une personne est ici mise en jeu : Hey, toi, Taha, c’est à toi que je m’adresse! Ce qui exclue ipso facto toute autre personne présente au moment de la communication entre la maman et son fils (au cas où Taha aurait d’autres frères et sœurs à part Fatima et qui seraient aussi présents à cet instant précis).  À ce stade du niveau sémantique nous apprenons tout d’abord que Taha a une sœur Fatima.

La chambre de ta sœur Fatima est plus propre nous apprend par la suite que chacun des deux enfants a une chambre propre à lui. Cet indice (détail) pourrait aussi nous révéler d’autres informations sur le niveau social et économique de la famille en question: une famille de la classe moyenne? peut-être. Une famille qui vit toute entassée dans un taudis? Certainement pas.

La propreté est également un signifié important dans la situation de communication à laquelle nous avons affaire. Nous avons ici une maman attentive à la salubrité du lieu et tient à le rappeler à son fils, Taha, en évoquant l’exemple de sa sœur, Fatima. Le sens de la phrase serait en toute vraisemblance: La chambre de Fatima est plus propre (que la chambre de Taha). Le superlatif (plus propre) sert ordinairement à comparer au moins deux réalités en mettant le sujet au-dessus de tout autre objet de la même catégorie (ici, la chambre de Fatima présentée comme SUPÉRIEURE à celle de Taha en termes de propreté). Même s’il n’a pas été dit clairement dans la phrase en question, nous ne manquons pas de comprendre que le sens caché (souhaité, pour autant) est celui-ci: Taha, ta sœur est plus propre que toi.    

Cela dit, il n’en demeure pas moins vrai qu’une question reste suspendue: quelle est la finalité d’une telle déclaration de la maman? que cherche-t-elle à transmettre comme message, puisqu’aucune communication n’échappe à cette règle: toute communication cherche à véhiculer un message? C’est le 3ème niveau de la communication qui nous livre les éléments de réponse.

3. niveau pragmatique: Taha, nous l’avons appris à notre dépens, est un garçon qui, selon les propos (cachés) de sa propre maman, n’arrive pas au même niveau de propreté que sa sœur Fatima. Pour que la maman s’adresse à lui d’une telle façon (au lieu de lui faire savoir tout simplement que sa chambre est plus sale), elle cherche certainement à ce que son fils fasse bonne impression en matière de propreté. Il n’est pas non plus exclu qu’elle souhaite que Taha PASSE À L’ACTION immédiatement, en faisant preuve de plus d’enthousiasme quand vient le moment de ranger et de nettoyer sa chambre. En clair, la maman veut que Taha agisse en utilisant une stratégie langagière basée sur le défi et la mise en comparaison: SUIS le modèle de ta sœur et RENDS ta chambre aussi propre! Voilà le message que nous livre la maman. Elle ne le dit pas; il ne se trouve pas dans la phrase…et pourtant, il est la FINALITÉ de la communication verbale qui nous concerne. C’est ce qu’on appelle, la fonction pragmatique du langage.

En résumé, toute communication verbale assume essentiellement 3 fonctions de base:

1- linguistique, quand elle est prononcée de façon intelligible selon les règles élémentaires de la langue (ou du dialecte) en question. Si elle ne répond pas à ce critère rudimentaire, elle est rejetée par celui qui la reçoit.

2- sémantique, lorsqu’on se demande la signification de telle ou telle phrase. On l’interprète selon ce qu’elle est censée livrer comme message direct (sens premier) ou caché (latent). Afin d’éviter toute confusion donnant lieu à une mauvaise interprétation, il est recommandé de poser la question à l’interlocuteur pour être sûr d’avoir compris ce qu’il cherche à faire comprendre).

3- pragmatique, c’est la finalité de toute communication. Agir sur celui qui est censé être impliqué, interpellé. Faute de quoi, elle risque de perdre non seulement de son efficacité mais surtout de son utilité: à quoi bon alors?

 D’autres exemples du genre? Tous les messages publicitaires ont pour finalité la fonction pragmatique du message: voir le consommateur à l’ACTION, c’est-à-dire ACHETER le produit en question.

La connaissance d’une telle hiérarchisation de la langue parlée vous permettra de mieux ordonner les informations que votre interlocuteur essaie de vous transmettre. Elle a aussi l’avantage de comprendre davantage le sens (immanent ou caché) de son message. Enfin, vous aurez plus de chance de vous prémunir des possibles manipulations que votre interlocuteur tentera de mettre subrepticement en place afin de vous amener à agir (dans le sens qu’il souhaite).

Bonne lecture.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s