Ce que le succès doit à l’échec


Une documentation universelle sur le succès et ses histoires est tellement abondante qu’elle donnerait le vertige à quiconque tenterait d’en faire la recension exhaustive. Mais qu’en est-il de l’échec? Le chiffre, en toute vraisemblance, risque d’être moins impressionnant. Beaucoup moins. Et pour cause. Rares sont les livres qui ont été consacrés en partie ou en totalité à la question de l’échec. Si la majorité des gens sont amenés plus facilement à parler de leurs exploits dans la vie personnelle – éducation des enfants, amour, bien-être, biens matériels, etc.- ou professionnelle – diplômes, carrière, projet, etc., ils sont généralement moins friands à documenter leurs échecs. Il s’agit d’une attitude quasi spontanée. Personne ou presque ne souhaite contribuer naïvement à sa baisse de popularité auprès des siens. Car le succès semble être une affaire d’égo avant d’être le résultat de nos efforts. Ce n’est pas pour rien qu’il est dit: La réussite a beaucoup de parents; l’échec, lui, est orphelin. 

 

Et pourtant. 

Je me suis penché sur cette question de l’échec pour tenter d’en comprendre le mécanisme. 

En fouillant dans la vie des grands personnages historiques, j’ai été stupéfait en constatant que le plus grand nombre d’entre eux – pour ne pas dire tous sans exception – sont d’abord passés par une série d’échecs dans pratiquement tous les domaines de leurs vies respectives: relations interpersonnelles, familiales, professionnelles, etc!

Mieux encore: la plupart de ces personnalités qui ont marqué l’histoire et qui ont influencé des milliers voire des millions de gens sont devenues ce qu’elles sont aujourd’hui d’abord et avant tout GRÂCE À leurs échecs.

Dans l’un des rares livres consacrés à la question de l’échec, je me souviens d’avoir lu quelque chose du genre: 

Si vous n’êtes pas tombé au moins trois fois, c’est que vous n’êtes pas vraiment en train d’essayer. 

     Cela veut tout dire. Il n’est de réussite possible et permanente sans un échec répétitif. Avez-vous des doutes? Demandez-le à un enfant il vous le prouvera. Cela lui prendra combien de chutes avant de pouvoir marcher seul sans le soutien d’un parent?

Le 22 octobre 1879, un bricoleur de génie invente l’éclairage électrique.Ce bricoleur autodidacte et surtout déterminé est au nom de Thomas Edison. Le célèbre inventeur a documenté tous ses échecs avant de pouvoir, enfin, réussir son coup de maître en inventant ce que nous lui devons aujourd’hui: l’ampoule électrique. Combien d’échecs avait-il essuyé avant sa réussite magistrale? Pas moins de 6000! Était-ce assez pour que l’ingénieux inventeur jette l’éponge et abandonner ses expériences? Absolument pas. Mieux encore, voici comment il interprétait ce qui représentait à ses yeux le véritable sens de ces multiples essais-erreurs:

Je n’ai pas échoué des milliers de fois. J’ai juste trouvé des milliers de manières de ne pas inventer l’ampoule à incandescence.  

Les adultes oublient souvent ce principe de base. Il est temps de se le rappeler: la réussite doit beaucoup à l’échec. Alors la prochaine fois que vous sentez le goût amer de l’échec – quelle que soit la nature de cet échec – pensez plutôt à ce que mon défunt père m’a appris dès mon très jeune âge (avant de savoir plus tard que Niestsche pensait de même) : Ce qui ne te tue, te renforce. 

En d’autres mots, l’échec ne tue pas; il renforce.  

Bon succès! 

 

M.c.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Ce que le succès doit à l’échec »

  1. Vous avez raison monsieur chahid, ce qui ne tue pas,renforce. Et je parle de mon propre expérience. Je viens de sortir du expérience qui m a fait changer la vie . Je suis devenue plus forte et plus confiante . J ai pris des décisions que je n ai jamais osé prendre.
    je voulais confirmer ce que vous avez dis et partager mon expérience avec vous.
    Il ne faut jamais baisser les bras.

    • Vous avez bien fait de prendre la bonne décision qui devait changer votre perception des multiples défis de votre vie. Merci de vouloir partager avec moi votre expérience. Bon succès!

  2. Si au premier essai vous échouez ; le parachutisme n’est pas pour vous. Rien comme un peu d’humour noir pour ramener à l’esprit que dans la pratique, certains échecs peuvent être funestes.
    Malheureux pourtant ceux qui se refusent à les confronter car ils ne découvriront pas le pouvoir encore plus puissant de l’observation et des ajustements. Au-delà de ses échecs, ce fut sa capacité à observer, tenter de comprendre et à ajuster ses essais qui mena Edison à la lumière (électrique). Ce n’est pas ce qui arrive qui définira l’échec ou le succès mais comment on y réagi.
    L’échec ultime c’est quand on se laisse tomber soit-même, C’est au Sentiment d’Échec qu’il ne faut jamais céder, l’enfant ne le connait pas c’est pour cela qu’il apprend à marcher , c’est de la même façon en apprenant à en faire abstraction que nous grandissons et que les Grands Hommes deviennent grands

    • En effet, il s’agit de notre attitude par rapport aux choses qui nous arrivent. C’est bel et bien notre manière d’agir face aux obstacles que nous pouvons changer les menaces en opportunités. Le docteur Abdul-Kalam, l’ancien président de l’Inde et l’un des grands esprits du 20eme siecle avait dit ceci: « vous ne pouvez pas changer l’avenir mais vous pouvez certainement changer vos habitudes. Ce sont vos habitudes qui changeront votre avenir. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s